Des pieds de plombs aux pieds de plumes. (Retraite de saint Ignace).

Trente jours de retraite selon les exercices spirituels de Saint Ignace, quel image austère ça donne lorsque en début d’année on nous annonce que c’est dans le projet de l’année à la Maison Charles de Foucauld… Tout d’abord, ma première réaction a été de me dire que ce cher Saint Ignace aurait dû se casser une jambe avant d’écrire ces fameux exercices, mais, malheureusement, c’est parce qu’il s’est cassé une jambe à la guerre qu’il s’est converti et qu’il les a rédigés… Nous sommes donc partis dans trois lieux (deux à côté de Lyon et un à Aix en Provence) dans le but de passer un mois afin de vivre ces exercices. Arrivé dans l’un de ces lieux, une seule chose me trottait dans la tête : « vivement dans trente jours !». Les exercices commencent, nous apprenons l’oraison sur différents textes de l’ancien testament, puis, arrive la première semaine ou nous commençons à méditer sur le péché, qu’est ce que c’est dur lorsqu’on ne commet pas de péchés, mais surtout quand on est arrivé avec des pieds de plombs, et pourtant, l’envie de continuer était au rendez-vous. La deuxième semaine, c’est l’Incarnation, vaste sujet qui permet de pencher notre regard sur le Christ qui s’est fait pauvre, belle leçon pour nous, non ? Puis, elle se continue sur les Mystère de la vie publique du Christ du baptême à Jérusalem. La troisième semaine, c’est la Passion, on remarque alors que le Christ est non seulement né pauvre, mais en plus de ça, par amour pour nous, il mourra sur le bois de la croix comme un esclave ! La quatrième semaine, ce sera la Résurrection.

Tout cela pour dire que lorsqu’on arrive en trainant des pieds, en se disant « ce sera nul », en grognant, c’est qu’on ne sait pas encore que quelque chose dans notre vie va changer ! Bien sur, le silence est de rigueur, mais il y a un accompagnateur spirituel qui est la pour aider, et si à l’image du Christ on choisit d’être humble et donc on ose se confier en vérité, alors tout se passe bien !

Benoît ROLAND-GOSSELIN

Visite du diocèse de Nantes du 1 au 3 juin.

En cette fin d’année, la Maison Charles de Foucauld était de sortie…dans le diocèse de Nantes.

Arrivés en milieu d’après midi au séminaire saint Jean, nous avons commencé notre programme par la visite des sœurs carmélites apostoliques de Bethléem. Nous avons pu les rencontrer autour d’un goûter et elles nous ont expliqué le principe du carmel apostolique. En effet au premier abord la spiritualité carmélite semble contradictoire avec une activité apostolique. Elles sont né à Nantes il y a un siècle et demi sous l’initiative d’un prêtre, l’abbé Gilbert Bauduz, vicaire à saint Félix, aidé par une certaine sœur Marie Guillet, tertiaire du Carmel. Cette congrégation a pour vocation de s’occuper des jeunes délaissés, orphelins ou abandonnés. En 2006, poussées par l’Esprit Saint, elles ont fondé une maison en Colombie où le travail ne manque pas !

Notre deuxième visite fut celle à Monseigneur Jean Paul James, évêque de Nantes. Celui-ci nous a présenté avec enthousiasme son diocèse, évoquant ses différentes particularités telles que le fort engagement associatif des personnes et le dynamisme encore fort des communautés paroissiales. Il nous a aussi parlé de ses préoccupations principales comme par exemple sont attention aux prêtres de son diocèse.

Le samedi commençait le festival catholique des jeunes : Happy Day. Il s’agissait de la troisième édition depuis 2006 et consistait en des animations (concerts, jeux) et des enseignements/témoignages de laïcs ou de prêtres autour de divers thèmes ayant trait à l’Eglise (L’esprit Saint, la Parole de Dieu…) et à l’engagement chrétien (auprès des sans-abri, dans des mouvements). La journée s’est terminée par les vigiles présidées par l’évêque suivies de l’adoration du Sacrement et d’un concert de Glorious.

Le dimanche a été marqué par la belle célébration de la sainte messe à la cathédrale st Pierre et st Paul en la solennité de la Sainte Trinité. Elle était présidée par l’évêque qui, à cette occasion, a confirmé 50 jeunes adultes. La célébration était suivie d’un vert offert par le service des vocations qui a été l’occasion de beaux échanges entre propédeutes et jeunes de Nantes.

Un w-e riche, enthousiasmant et …épuisant !

Thomas CRUCHET

Une semaine de relecture neigeuse !!!!

La Bretagne n’étant pas un pays où la neige tient (la cause de ce manque de neige, c’est la pluie…). Nous sommes allés nous détendre dans un endroit appelé le paradis qui nous a changé de l’enfer Breton, cet endroit ce sont les Pyrénées! Après une messe à 6h15 le dimanche 5 février nous sommes partis de bon matin, avant le jour pour le village de Bordéres-Louron. Un petit périple qui s’est vite transformé en de longues heures (1h30) d’attente sous le froid polaire des Pyrénées, un car ayant glissé sur la route nous a bloqué à 20 kilomètres de notre chalet! Arrivés là-bas, nous avons pu nous installer dans des locaux très sympathiques malgré la pluie des canalisations! Une semaine de relecture très sympathique débute : matinée qui commence par l’oraison suivie des Laudes, messe, petit déjeuner et enfin, le moment tant attendu, la relecture! Nous avons tous eu l’occasion d’écouter avec passion le témoignage (20 minutes) de chacun sur son expérience d’un mois ! L’après midi, SKI! Nous avons pu découvrir les talents de chacun sur des skis, ce fut vraiment très drôle de voir le peu d’équilibre de certains : bilan du ski, pas de casse (mis à part une cuisse devenue bleue) et une personne qui ne sait toujours pas skier (et pourtant, il en a usé des professeurs de ski!). Bilan de la semaine, très positive, des retrouvailles extrêmement joyeuses après un mois où nous avons vécu les douleurs de la séparation! Des relectures toutes plus passionnantes les unes que les autres, et des moments de ski assez INOUBLIABLES!

Benoit ROLAND-GOSSELIN

Pèlerinage à Lourdes

Pèlerinage à Lourdes.

Depuis tant d’années que je vais à Lourdes avec l’hospitalité de mon diocèse, ce fut un grand bonheur d’être dans ce lieu pour la fête de Notre-Dame de Lourdes en ce 11 février. Chaque fois que je m’approche de ce sanctuaire, je suis traversé par un courant indescriptible qui me remplit d’émotion. Prier Marie dans ce lieu me donne une force qui me permet d’aller en avant!

Ce pèlerinage était bien sûr diffèrent des autres puisque j’étais là sans avoir de travail à effectuer. Je me suis fait pèlerin et me suis mis en chemin à la suite du Christ par Marie notre mère et sainte Bernadette. Ce fût vraiment un moment d’intimité où j’ai pris le temps de méditer le chapelet devant la grotte de Massabielle malgré un froid vraiment hivernal. J’étais donc dans ce lieu dans les même conditions climatiques que Bernadette au moment où Marie lui est apparue la première fois.

Nous avons pris part aux différentes célébrations (procession mariale et eucharistique, messe internationale) et c’est toujours impressionnant de voir un peuple de toutes les nations rassemblé pour le Seigneur par Marie.

J’ai découvert pendant ce petit séjour la communauté du  »Cenacolo ». Dans ce lieu, des jeunes dépendants de l’alcool ou de la drogue viennent pendant trois ans et laissent leur coeur se convertir à l’amour du Christ puis se mettent en chemin à sa suite. Dans la chapelle, une phrase a attiré mon attention:  »Il suffit d’aimer »! Ces paroles de sainte Bernadette habitent mon cœur et je suis convaincu que cet amour peut transformer les personnes vivant dans la souffrance! Je rend grâce pour avoir découvert cette communauté qui peut désormais compter sur ma prière.

Nous avons aussi appris la nomination du nouvel Évêque du diocèse de Tarbes et Lourdes a l’heure de l’Angélus : Mgr Brouwet.

En quittant lourdes, mon cœur était à nouveau plein d’espérance et je me suis dit :  »vivement le mois de septembre, pour un nouveau pèlerinage. »

Gaëtan LORMEL

Visite du diocèse de Saint Brieuc

   Quelle joie de me rendre dans mon diocèse en ce week-end du 11 novembre! Nous avons tout d’abord été très chaleureusement accueilli a l’évêché par l’abbé Gérard Nicole, vicaire général et l’abbé Hervé Le Vezouet, vicaire épiscopal, autour d’un café. Nous avons ensuite eu droit à une présententation de ce beau diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Puis, nous avons partagé le repas avec Mgr Moutel, le nouvel Évêque de ce très beau diocèse depuis le 10/10/10!

Nous nous sommes rendus par la suite dans un lieu qui m’est cher : le sanctuaire marial de Querrien, qui ranime en moi tant de bons souvenirs. Dans ce sanctuaire où la Vierge est apparue à Jeanne Courtel en 1652, des milliers de pèlerins se rassemblent chaque année pour fêter et prier Marie, notre Mère. C’est le petit Lourdes de notre diocèse! Pour en connaître l’histoire de manière plus complète, je conseille à chacun de s’y rendre. Le père de Couessin se fera un plaisir de vous raconter le passé et le présent de ce lieu en détail comme il l’a fait pour nous, d’ailleurs, je l’en remercie…

Après une nuit passée aux côtés de Notre Dame de Toute Aide à Querrien, nous avons rejoint Minihy-Tréguier où nous avons célèbré l’Eucharistie. Et oui, dans ce diocèse, il y a vraiment de grands lieux et de grandes personnalités puisque c’est ici qu’est né saint Yves!

Tréguier où chaque année le pardon de saint Yves est célébré par des milliers de pèlerins qui se rassemblent pour fêter le saint patron des magistrats. L’après-midi, ce fut un après-midi détente où nous avons pu découvrir la belle côte de granit rose, une promenade à découvrir!

Nous étions attendus le soir à Lamballe où nous avons récité les vêpres dans l’église Saint-Jean où l’Abbé Pierrick Jegonday nous a accueillis. Nous logions dans des familles où nous avons pu échanger sur notre parcours, ce fut vraiment une riche expérience. En ce samedi soir, une veillée de prière à la mode de Taizé était organisée par la pastorale des jeunes du diocèse ; l’un d’entre nous a pu y témoigner de sa vocation. Ce fut pour moi un grand moment, n’étant qu’à quelques kilomètres de chez moi : j’ai pu retrouver énormément d’amis. Je pourrai même dire que j’avais mon fan club!

Le dimanche matin, après une nuit en famille, nous nous sommes retrouvés pour célébrer l’Eucharistie dans une église bien remplie. Nous avons partagé le repas dans les salles paroissiales juste à côté de Notre Dame de Grande Puissance avant, bien sûr, d’avoir une visite guidée de la collégiale de Lamballe. Puis vint le temps de quitter ce très saint diocèse afin de revenir à la Maison Charles de Foucauld en passant par le cap Fréhel.

Ce fût un week-end très encourageant où nous avons pu voir qu’il faisait bon vivre en chrétien dans ce diocèse!

Gaëtan LORMEL

Le pélé de rentrée : destination Mont Saint Michel.

   Pour notre premier week-end nous sommes allés confier notre année au Seigneur par un pèlerinage au Mont Saint Michel. Cela a été pour nous tous une bonne occasion de faire connaissance, de découvrir avec joie (ou avec crainte peut-être…) nos frères pour cette année et de remettre ce temps qui nous est donné au Très-Haut.
Les trois jours ont été bien rempli : nous sommes partis le samedi midi pour aller tout d’abord voir le barrage du Mont où nous avons pu lire tout le programme écologique et scientifique mis en jeu (une petite visite culturelle très intéressante). Ensuite, nous sommes repartis pour aller dire les vêpres chez les dominicaines de Beaufort qui
nous ont logés le samedi et le dimanche soir. Nous avons eu un très bon accueil dans cette belle communauté. Le dimanche matin, après un lever très matinal nous nous sommes mis en route pour Genêts, village où nous avons prié les Laudes dans la chapelle, et duquel nous avons commencé la traversée de la Baie. La marche fut très agréable, menée par le guide, le temps étant très dégagé et le Mont Saint Michel sortant du sable, majestueux.
Arrivée là-bas nous sommes montés dans l’abbatiale pour la messe dominicale qui fut tout aussi belle que la traversée de la matinée. Puis, après avoir avalé le déjeuner en vingt minutes (la marée n’attends pas) nous avons rejoins le guide en bas et nous sommes repartis pour faire la traversée en sens inverse.
A 16 heure, nous avons dû reprendre les voitures pour revenir chez les dominicaines de Beaufort afin de prier les vêpres du dimanche soir. Le lundi matin nous sommes allés visiter la belle cathédrale de Dol où son curé nous a accueilli. Nous sommes retournés le midi chez les soeurs de Beaufort et en début d’après-midi nous sommes revenus à Saint Pern.
Le Pèlerinage fut à la fois un temps de prière, de fraternité, de connaissance mais aussi (et inévitablement) un moment de débat puisque le Mont Saint Michel est bel et bien breton!
Benoît SIMONNEAUX