Journée des Familles

Nous étions heureux d’accueillir nos famille à la Maison à l’occasion de la fête du Bienheureux Charles de Foucauld !

Voici quelques photos de la journée :

[wowslider id= »18″]

Quelle était d’ailleurs notre joie d’accueillir nos familles parmi nous !

Enfin les lieux dont nous parlons si souvent (et où nous sommes si bien) ne se réduisent plus à de l’imagination… La chapelle, les chambres, la salle communautaire, tout a été visité. Nous sommes très fiers d’avoir pu présenter notre fraternité sous un si beau jour.

Merci aux familles d’être venues fêter avec nous la fête de notre Saint Patron, Charles de Foucauld. Et merci aux Petites Sœurs pour ce délicieux repas !

À l’aube de nouvelles aventures!

Promotion saint Louis-Marie Grignion de MontfortEn arrivant à la maison Charles de Foucauld au mois de septembre, le Seigneur nous disait « je l’emmènerai au désert et je parlerai à son cœur » (Osée 2, 16).

Au long des dix mois que nous avons passé à Saint-Pern, je crois que chacun peut dire que le Seigneur est venu parler à son cœur. Par notre vie de prière, de fraternité, la lecture de la Parole de Dieu, les missions caritatives, nos joies, nos difficultés, les événements marquants comme l’expériment de pauvreté, la consécration à Notre-Dame ou encore la retraite des exercices spirituels de saint Ignace, à travers les prêtres qui nous ont accompagné, les prières qui nous ont portés, chacun a pu goûter personnellement la joie de vivre avec le Seigneur et ainsi se disposer à répondre généreusement à Son appel quel qu’il soit.

Chacun restera marqué par cette année de fondation spirituelle qui porte bien son nom !

Nous resterons aussi particulièrement marqués par les Petites Sœurs des Pauvres qui nous ont accueillis chez elle cette année, et nous avons une pensée toute particulière pour sœur Christiane qui quitte cette année Saint-Pern pour servir les personnes âgées à Montpellier. Pendant sept ans, sœur Christiane a cuisiné pour les garçons de la maison. Elle nous disait « le moral est dans l’assiette » et…. on a vraiment eu le moral ! Un grand merci à chaque petite sœur pour leurs intentions, leur gentillesse et leurs prières.

Il nous reste encore des joies à vivre ensemble durant ce mois de juin. Tout d’abord nous allons nous joindre à la joie de nos diocèses respectifs  qui vont voir de nouveaux prêtres et diacres être ordonnés. Enfin nous allons vivre un dernier pèlerinage autour du golfe du Morbihan ce qui sera une belle occasion  pour nous de nous réjouir et de prier ensemble une dernière fois (pour cette année !) avant que chacun ne prenne le chemin des vacances.

Pierre de Sorbay

Un mois avec les petites sœurs des pauvres

Les petites sœurs des pauvres.

Les petites sœurs des pauvres.

Les petites sœurs des pauvres, à la suite de Sainte Jeanne Jugan, accueillent dans leurs maisons de retraite des personnes âgées dépendantes aux revenus modestes. Elles sont au service des personnes âgées et font tout pour qu’elles soient heureuses et gardent leur dignité jusqu’à la fin de leur vie terrestre. Nous avons d’ailleurs été touchés par l’investissement des petites sœurs des pauvres, leur dévouement et leur amour envers les résidents de leurs maisons. Lors de notre expériment, nous servions le repas des résidents en étant attentifs aux personnes les plus dépendantes notamment celles qui ont des difficultés à manger. Le matin, nous débarrassions le petit-déjeuner et nous faisions les lits au carré tout en échangeant avec les résidents. L’après-midi, nous allions visiter les personnes âgées et nous participions aux animations comme les ateliers mémoire ou les ateliers chansons. Puis, après avoir servi le goûter, nous remontions dans leur chambre les résidents qui sont en fauteuil roulant. La messe était célébrée tous les jours dans la chapelle de la maison de retraite. Nous avons servi l’autel notamment pour aider les prêtres âgés qui célébraient la messe. Également, nous participions tous les jours au chapelet communautaire avec les résidents. Nous avons appris que notre présence et notre écoute étaient le plus important. À la rencontre de la faiblesse des personnes âgées, on se dit que nous rencontrons le Christ dans ces personnes qui souffrent. La prière et l’Eucharistie nous ont donné la force d’aller à leur rencontre. Partager leur vie dans l’humilité et l’esprit de service fut très riche spirituellement.

Benoit et Boris.