Expériment de pauvreté : L’Arche, un avant goût des Béatitudes.

Pendant le mois de janvier, quelques-uns d’entre nous sont partis dans des communautés de l’Arche. Ce mois d’expériment fut pour nous l’occasion d’aller à la rencontre de personnes ayant une déficience mentale et de partager leurs journées. A l’Arche, les handicapés ne sont pas condamnés à vivre la totalité de leur existence exclusivement avec des professionnels de la santé. Elles vivent en foyer en compagnie de personnes qui ont choisi de les accompagner au quotidien. Nous n’y sommes donc pas aller pour apprendre les métiers d’éducateur spécialisé ou d’auxiliaire de vie mais pour vivre avec elles. Chacun a pu prendre part à la vie d’un foyer en aidant aux petites taches de la vie communautaire. Aux fils des jours, à travers les activités en ateliers, les repas, les temps de convivialité autour d’une tasse de café dans le salon, nous avons appris à vivre avec ces personnes et à accepter leurs différences et leurs limites. Les personnes avec un handicap ont un don pour faciliter les relations : elles nous accueillent en toutesimplicité et elles nous ouvrent sans crainte leur cœur. C’était formidable de voir tous les membres d’un foyer s’entraider, s’amuser et vivre ensemble en véritable amis. Être témoin de tant de complicité et de tendresse entre gens tous différents dans leurs capacités et incapacités a bouleversé notre représentation de l’handicap et de la normalité. Cette attention à la fragilité d’autrui nous a peu à peu transformés intérieurement, dévoilant nos propres faiblesses et nous libérant d’une vision idéalisée de la vie. Notre relation au Seigneur s’est enrichie également pendant ce temps passé à l’Arche. Nous avons découvert un autre visage du Christ, plus intime et réel, lequel se laisse entrevoir à travers le sourire des plus vulnérables et le regard des plus angoissés.

Sébastien DAVY